visuel

La Donation Albers-Honegger
architectes : Annette Gigon et Mike Guyer, Zürich, Suisse
inaugurée en juin 2004

Dans le parc en vis-à-vis du Château, un volume en saillie, lasuré vert-jaune vif, s’élève comme un signe lumineux dans l’environnement boisé de l’Espace de l’Art Concret. Le bâtiment turiforme présente cinq niveaux, desservis par deux escaliers et un ascenseur, autour desquels s’inscrivent : un vaste espace d’accueil ouvert sur la nature (107 m2) / 15 salles d’exposition (645 m2) conçues selon des dimensions, des hauteurs de plafond, et des orientations diverses pour créer un rythme / une salle de conférence (140 m2) / une salle de documentation/bureaux (89 m2) / des réserves et des locaux techniques (235 m2). L’énergie de cette architecture est fortement déterminée par l’association des espaces et la densité du matériau (murs en béton coulés sur place et bruts de décoffrage).

Les salles de la Donation Albers-Honegger offrent un écho magnifique à celles de la Galerie du Château, jouant sur les mêmes confrontations intérieur/ extérieur, proche/lointain, nature/culture. Leur disposition le long des façades, leur éclairement par de larges ouvertures latérales et leurs proportions
s’apparentent à ceux d’une maison de grande taille. Les fenêtres sont placées à des hauteurs variables et sont protégées à l’extérieur par des écrans de verre destinés à refléter la nature. Les façades présentent ainsi un jeu très subtil d’ombres positives, sur les écrans vitrés, et négatives, sur les parois lasurées, de la forêt. La couleur du bâtiment anticipe une éventuelle patine et produit deux effets diamétralement opposés : un contraste lumineux, et simultanément, une superposition harmonieuse avec les couleurs nuancées des arbres.

La forme dense, abstraite, minimale de l’édifice crée une belle cohérence avec les œuvres de la Donation Albers-Honegger et contribue de façon « manifeste » à la réflexion, à la recherche, et à l’observation visuelle liée à la philosophie de Gottfried Honegger : « Apprendre à regarder, car regarder est un acte créatif ». Le mobilier fait partie intégrante de la réflexion spatiale du bâtiment. Il cherche à souligner le rapport de l’homme face à l’œuvre et le dialogue intérieur / extérieur.

Imprimer print