visuel

L’abstraction géométrique belge

28 juin – 29 novembre 2015

Commissariat : Fabienne Grasser-Fulchéri, assistée d'Alexandra Deslys et de Claire Spada

L'Espace de l'Art Concret présente la première rétrospective de l'abstraction géométrique belge en France.

VERNISSAGE le samedi 27 juin à 18h00

Exposition en partenariat avec la Délégation du gouvernement de Flandres en France, Wallonie-Bruxelles International, le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris et Eeckmann, art & insurance
Le vernissage de l'exposition bénéficie du soutien des bières Duvel et Les Gaufres belges, une fois

Artistes pour la partie historique / Marcel-Louis Baugniet, Gaston Bertrand, Pol Bury, Jo Delahaut, Marthe Donas, Francis Dusépulchre, Pierre-Louis Flouquet, Henri Gabriel, Paul Joostens, Walter Leblanc, Karel Maes, Jean-Pierre Maury, Jozef Peeters, Victor Servranckx, Michel Seuphor, Guy Vandenbranden, Georges Vantongerloo, Léon Wuidar

Artistes pour la partie contemporaine / Ann Veronica Janssens, Bas Ketelaars, Pieter Vermeersch

DPRESSE, télécharger ici :
L'abstraction géométrique belge (français)
Belgian geometric abstraction (anglais)
Belgische geometrische abstractie (néerlandais)

L’abstraction belge a connu au cours du XXème siècle deux grands apogées comme le reste de l’Europe.

L’un se situe au début des années vingt et voit éclore un groupe de jeunes artistes qui à travers le mouvement de la Plastique Pure remettent en question les bases de la peinture en prolongeant les réflexions entamées par le cubisme et le futurisme.

Ce mouvement, relativement éphémère, se fonde autour de deux principaux foyers géographiques : Bruxelles et Anvers. Michel Seuphor, Jozef Peeters, Paul Joostens, Victor Servancks sont parmi les pionniers de ce mouvement. La seconde manifestation d’importance de cette abstraction apparaît au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Une nouvelle génération d’artistes se trouve alors face à un choix souvent antagoniste : celui d’une abstraction lyrique et impulsive et celui d’une abstraction géométrique et rationalisée. Jo Delahaut apparaît comme la figure marquante et représentative de ces créateurs qui se placent dans la lignée des constructivistes russes et du Bauhaus.

L’exposition présentée dans les deux espaces d’expositions temporaires permettra d’offrir un large panorama de l’évolution de l’art géométrique belge des années 20 à nos jours en montrant également comment quelques artistes contemporains continuent d’explorer certaines voies initiées par leurs aînés.

Cette exposition est la première exposition rétrospective de l’abstraction géométrique belge en France. Avec l’invitation d’artistes contemporains, c’est un nouveau regard qui est porté sur le travail de ces artistes mettant en évidence leur influence majeure dans l’art abstrait européen.

Imprimer print