visuel

Art Multiple

29/01 au 11/06/2006

Commissariat : Line Herbert-Arnaud

"Art multiple", qui se tiendra du 29 janvier au 11 juin 2006 à l'Espace de l'Art Concret à Mouans-Sartoux, est une exposition qui propose, à partir d'une définition générale et élargie du multiple -oeuvre réalisée par un artiste, au tirage limité ou illimité, numérotée et signée-, un panorama de l'art de la fin des années 50 à nos jours.

Les formes que revêt aujourd'hui ce médium sont nombreuses et témoignent de la richesse et de la diversité de la création contemporaine. De la traditionnelle gravure à l'estampe sur papier, le multiple s'est enrichi et se manifeste désormais sur différents supports : livre d'artiste, gravure, sérigraphie, photographie, vidéo, DVD, sticker, sculpture, vaisselle, mobilier… Le parcours proposé dans les salles en révèle les différents aspects, déclinés selon neuf thématiques : multiple concret, espace multiple, mouvement multiple, multiple en jeu, sculpture multiple, couleur multiple, un multiple original au choix du collectionneur, nature multiple, et le bazar où sont présentés design et objets de consommation.

Le multiple développe ainsi, notamment à la suite du Bauhaus, un concept d'art global qui, intégré aux réalités quotidiennes, se veut accessible à tous. Chronologiquement, ce médium prend son véritable essor à la fin des années cinquante avec les premières éditions MAT (Multiplication d'Art Transformable) de Daniel Spoerri en 1959 et les multiples produits par les éditions de la galerie Denise René (même si Marcel Duchamp ou Laszlo Moholy-Nagy, précurseurs dans ce domaine, avaient déjà intégré ce principe à la réalisation de leurs oeuvres). "Art multiple", qui regroupe une centaine d'artistes, autour d'oeuvres de dimensions et de supports variables, offre une réflexion sur l'histoire et les différents aspects de ce medium. La définition retenue ici est la suivante : est multiple ce qui est déclaré comme tel par l'artiste. Ainsi sont intégrées des oeuvres éditées à cinq exemplaires comme des pièces diffusées en nombre illimité.

La démarche artistique n'est évidemment pas la même et répond à des préoccupations et des exigences fort différentes. De l'objet d'art unique au multiple (dans la salle un multiple original au choix du collectionneur), les frontières sont parfois ténues et fragiles. En effet, le multiple qui, pour exister, se doit d'être réalisé par le collectionneur, s'inscrit in fine comme oeuvre originale. Tel est le cas de 51 minutes de Claude Closky, qui doit être coloriée par le collectionneur en un temps donné, ou la pièce de Claude Rutault, qui laisse au preneur en charge non seulement le soin de lui donner un titre mais aussi le choix de l'accrochage (face blanche ou colorée contre le mur). Que dire aussi du Nul de François Morellet qui communique au collectionneur les instructions à suivre afin qu'il puisse réaliser l'oeuvre à partir d'un annuaire de téléphone ? Le collectionneur d'un multiple d'Adalberto Mecarelli est, quant à lui, confronté à un terrible dilemme car l'oeuvre évolue en fonction de son exposition à la lumière jusqu'au stade ultime de sa disparition.


Le multiple se donne encore au collectionneur comme collectes de feuilles réalisées en pleine nature par herman de vries (salle nature multiple). Il est vivant dans les oeuvres de Marc Chevalier ou extrait de la nature dans celles d'Ulrich Rückriem et d'Helmut Dirnaichner. Seul témoin d'actions ou de performances, il se décline également sous la forme de photographies ou de livres d'artistes (Hamish Fulton, Nils Udo, Ange Leccia). Dans la salle espace d'un multiple, il permet une lecture singulière du lieu d'exposition. S'inscrivant de façon irréversible, les échantillons de couleur de Cécile Bart ou les rubans adhésifs et tubes noirs de Peter Downsbrough modifient notre perception de l'espace.

Le multiple se veut interactif dans la salle multiple en jeu, où nombre d'oeuvres ont été réalisées pour être manipulées et jouées : le jeux de dés de Peter Downsbrough, le jeu de carte de Robert Filliou, ou la pétanque de salon selon David Artaud et Xavier Veilhan. Il se fait espiègle et cabotin dans le jeu de l'amour et du hasard de Paul Cox. Le mouvement, du spectateur ou de l'oeuvre, anime aussi un grand nombre d'oeuvres cinétiques (salle mouvement multiple), comme dans le continuel lumière de Julio Le Parc ou la Minisculpture de Nicolas Schöffer… Il est aussi très présent dans le film de Fischli et Weiss Der lauf der Dinge ainsi que dans ceux de Robert Breer (From phase IV daté de 1954 et 1970) plus expérimentaux et confidentiels. Le multiple hisse les couleurs dans la salle couleur multiple, sur des supports et des matériaux des plus variés, de la toile au polyéthylène en passant par les livres d'artistes (Daniel Buren, Olivier Mosset, Niele Toroni, Antonio Scaccabarozzi). Quant au multiple concret, il se matérialise sur un support papier traditionnel, sous la forme de gravure ou sérigraphie, dans les oeuvres de Julije Knifer, Vera Molnar, Gottfried Honegger…

Objet, dans le Bazar, le multiple s'inscrit dans notre quotidien sous la forme deservices de tables, de salière et de poivrière (David Shrigley…), de plateau télévision (General idea), de chaises (Piero Gilardi, Sol LeWitt), de tapis de sol (Jérôme Porret)… Imitant nos denrées alimentaires, il se développe sous la forme d'une boîte de soupe Campbell (Andy Warhol), d'une banane (Michel François) ou d'une cacahuète (Hans-Peter Feldmann). Ironique, il prend l'apparence d'un tableau sur lequel sont collés des chewing-gum (François Morellet) ou celle d'un parfum pour chien (Martial Raysse). Utilitaire, il se décline sous la forme d'un papier peint (Serge Onnen), d'un agenda personnalisé en fonction de votre espérance de vie (Yves Duranthon). Vestimentaire, il s'affiche sous la bannière de tee-shirt, d'écharpes, de serviette de toilettes…L'oeuvre multiple se matérialise encore sous les traits d'un gigantesque pochon en plastique Mademoiselle Choura (Marie Denis). Prenant la forme de petits sacs colorés de même format et assemblés, il intègre, dans son processus même de fabrication, la multiplicité et la sérialité. Les pochons de cette artiste, à la fois contenant et contenu, closent cette exposition. A l'heure où ses petits sacs sont voués à la disparition, l'artiste nous en livre une vision colorée et optimiste.

Cette exposition souhaite proposer un regard différent sur le multiple, trop souvent considéré à tort comme une oeuvre de second rang, simple déclinaison d'un original. Il se donne dans ce parcours dans toute sa complexité, dans ses acceptions les plus traditionnelles - la gravure, la sérigraphie, la photographie ou le livre- comme sous des atours plus technologiques. OEuvre autonome, il interroge de façon pertinente la société dans laquelle nous vivons et semble en parfaite adéquation avec l'époque dans laquelle il s'inscrit.

artistes exposés : John Armleder, David Artaud, Art&language, Robert Barry, Cécile Bart, Françis Baudevin, Didier Bay, Joseph Beuys, Pierre Bismuth, François Boisrond, Miriam Böhm, Martha Boto, Mila Boutan, Robert Breer, Stanley Brown, Daniel Buren, Pol Bury, Matthew McCaslin, Valentin Carron, Philippe Cazal, César, Alan Charlton, Marc Chevalier, Andreas Christen, Claude Closky, Paul Cox, François Curlet , Béatrice Cussol, Marie Denis, herman de vries, Philippe Decrauzat, Helmut Dirnaichner, Peter Downsbrough, Céline Duval, Elvire, Rita Ernst, Robert Filliou, Peter Fischli, Dan Flavin, Michel François, Friquet, Hamish Fulton, General Idea, Piero Gilardi, Jérémie Gindre, Fabrice Gygi, Isabell, Heimerdinger, Gottfried Honegger, Véronique Joumard, Donald Judd, Raphaël Julliard, Vassily Kandinsky, On Kawara, Julije Knifer, Krijn de Koning, Jeff Koons, Claude et François-xavier, Lalanne, Sandra D. Lecoq, Jean Le Gac, Julio Le Parc, Sol LeWitt, Adalberto Mecarelli, Christian Megert, Annette Messager, Vera Molnar, Jonathan Monk, François Morellet, Robert Morris, Mauricio Nannucci, Aurelie Nemours, Serge Onnen, Meret Oppenheim, Marta Pan, Antoine Perpere, Pablo Picasso, Michelangelo Pistoletto, Jérôme Porret, Françoise Quardon, Man Ray, Martial Raysse, Didier Rittener, Gerwald Rockenschaub, Ulrich Rückriem, Claude Rutault, Reiner Ruthenbeck, Fred Sandback, Antonio Scaccabarozzi, Nicolas Schöffer, David Shrigley, Jesus-Rafaël Soto, Ernest. T, Niele Toroni, Nils Udo, Marie-Thérèse Vacossin, Victor Vasarely, Xavier Veilhan, Christophe Viard,, Kees Visser, Lawrence Weiner, Bernar Venet, Andy Warhol, Robert Watts, David Weiss.

Imprimer print