visuel

art au quotidien - vivre l'art

03/07/2006 - 07/01/2007

Commissariat :

Ruggero Tropeano

L’histoire de l’art du XXème siècle a montré l’importance de la relation de la création artistique à la production industrielle. Les recherches et l’enseignement conduits au Bauhaus pour réduire et faciliter le passage des disciplines classiques de l’art aux arts appliqués et inscrire la création à tous les stades de la production, de la conception à l’industrialisation ont été à la base du développement du design dans la seconde moitié du XXème siècle. La philosophie d’universalité portée par les artistes concrets comme Max Bill, qui déploie son travail de la peinture à l’architecture en passant par le graphisme et les objets utilitaires à l’image de son tabouret, aide également à percevoir ces mouvements modernes comme porteurs d’une utopie rationaliste où l’utilité et l’imaginaire se mêlent.

 

Pour cette exposition, Ruggero Tropeano a sélectionné des pièces de mobilier, de vaisselles ainsi que des objets d’usage courant dans les collections du Fonds National d’Art Contemporain, du Centre de Création Industrielle – Centre Georges Pompidou ainsi que dans différentes collections privées. Des créations des pères du design comme Arne Jacobsen ou Raymond Loewy, celles de signatures incontournables comme Achille Castiglioni, Philippe Starck ou Roger Tallon, mais aussi celles des plus jeunes contemporains comme les frères Bouroullec, Pierre Charpin ou Matali Crasset, sont présentes aux côtés d’objets anonymes produits et distribués en masse mais dont la forme et l’usage s’allient de manière remarquable.

 

Des tapis imaginés par Gottfried Honnegger à la coupe à fruit de Josef Albers ou à l’horloge de Max Bill, en passant par les écharpes aux imprimés dessinés par Sonia Delaunay et à la montre repensée par Felice Varini, mais également au distributeur de fruits et légumes des Radi Designers pour Vallauris, les artistes ont su saisir ce qui nous entoure au quotidien pour le transformer et changer notre regard sur ces objets de tous les jours.

 

Un choix d’œuvres d’art provenant de la Donation Albers-Honegger accompagne cet ameublement et ces accessoires pour une maison et une vie d’aujourd’hui : les œuvres de Josef Albers ou Max Bill font écho à leur production industrielle, celles de John McCracken, de Larry Bell ou de Laurent Saksik renvoient aux recherches sur la perception de l’espace et des volumes, tandis que Jean-Pierre Raynaud nous rappelle combien les recherches artistiques et architecturales autour de l’habitat comme lieu de protection et de refuge peuvent se croiser.

 

Cette exposition est aussi l’occasion de montrer comment les activités quotidiennes structurent notre vie et comment les espaces d’habitation et les objets que nous utilisons influencent notre façon de vivre. On dort, on cuisine, on mange, on lave, on se lave, on travaille, on apprend, on joue, on achète, on profite des loisirs, on cultive un espace de liberté. Le temps est la mesure ; le jour et la nuit rythment notre vie.

 

L’exposition s’articule en deux parties. D’un côté les activités : le commerce, la communication, le travail, l’éducation, les loisirs et le temps libre. De l’autre côté les espaces initialement conçus à usage exclusif : la cuisine, le séjour, la chambre à coucher, la salle de bain. Cette double lecture de notre environnement quotidien montre la redécouverte du nomadisme. Nous plions nos affaires pour déménager de pièce en pièce, de maison en maison ou de ville en ville à l’image des « Tapisseries Muralnomad » que Le Corbusier présenta dans un article publié dans le magazine Zodiac en 1960, enroulable et transportable avec soi.

 

Dans la suite des grandes expositions qui ont confronté le mobilier aux œuvres, « Voir et s’asseoir », 1991, des projets architecturaux d’artistes à leur propres oeuvres, « Un musée imaginé par des artistes », 1997, ou des tapis créés par des artistes en écho à leurs œuvres, « Art au sol », 1999, l’Espace de l’Art Concret affirme avec « Art au quotidien, habiter l’art » cette nécessité de ne pas limiter l’exploration et le questionnement du monde contemporain aux seuls domaines de la peinture ou de la sculpture. Les arts appliqués ont évidemment toute leur place à partir du postulat que l’art est une valeur universelle. Les arts appliqués sont un moyen pour les artistes de faire rentrer l’art au cœur de nos vies, dans notre quotidien, afin que nous puissions vivre l’« art au quotidien ».

 

Josef Albers, Jürgen Albrecht, John Armleder, Gijs Bakker, Larry Bell, Mario Bellini, Marc Berthier, Max Bill, Jörg Boner, Ronan et Erwan Bouroullec, E. W Buquet, Berit Burmeister, Gian Bundi, André Cadere, Marcelle Cahn, Achille & Pier Giacomo Castiglioni, Pierre Charpin, Andreas Christen, Antonio Citterio, René Coulon, Corinne Cosbon, Matali Crasset, Björn Dalhström, Riccardo Dalisi, Sonia Delaunay, Guiseppe Gaetano Descalzi, Florence Doleac, Jean-Francois Dubreuil, Dominique Figarella, Antonio Augusto Giacometti, Giovanni Giacometti, Rody Graumans, Konstantin Grcic, Battista et Gino Guidici, Léon Hatot, Dick van Hoff, Gottfried Honegger, Arne Jacobsen, Hella Jongerius, Yves Klein, René Jules Lalique, Le Corbusier, Benoit Lemercier, Raymond Loewy, Gilles Mahé, Agnes Martin, Handjerq Maier- Aichen, Primo Marghitola, Laslo Moholy-Nagy, Gabrielle Mucchi, Bruno Munari, Giovani Ponti, Andrée Putman, Jean-Pierre Raynaud, Tojo Remy, Gerrit. T Rietveld, Andrew Ritchie, Paolo Rizzato, Steven Ross, Laurent Saksik, Denis Santachiara, Tino Sarpaneva, Wolfgang Sirch & Christoph Bitzer, Philippe Starck, Maartje Steenkamp, Karl-Heinz Ströhle, Roger Tallon, Remy Tejo, Kurt Thut, Felice Varini, Bernar Venet, Luigi Veronesi, Arnout Visser, Not Vital, Marcel Wanders, Wihlem Wagenfeld, Tapio Wirkkala, Marco Zanuso

Imprimer print